Comment bien choisir son avocat ?

Dans divers domaines de la vie, les avocats interviennent pour régler toutes sortes de litiges. Ils sont l’intermédiaire entre la justice étatique et vous; ils assument le poids de votre affaire et vous font intégralement dépendre d’eux dans l’espoir d’une issue favorable. Faut-il donc qu’ils soient compétents ? Cela est primordial et il vous incombe à vous de savoir les apprécier pour ce qu’ils valent, l’enjeu étant trop important  pour être négligé dans de pareilles circonstances.

Les qualités d’un bon avocat

Pour mériter votre confiance et porter la charge de vous défendre, un avocat doit obéir à certains critères. Cela veut dire pour vous que vous devez mener votre recherche de manière saine et rigoureuse et ne pas sauter d’étapes importantes. Tout d’abord, il est de votre plus grand intérêt de cerner la nature de votre problème dans toute sa globalité; cela est déterminant pour la suite et vous permet de ne pas axer votre choix sur un avocat non expérimenté dans le domaine de compétence qui vous intéresse. Il sera donc préférable mais non obligatoire d’opter pour un avocat spécialiste plutôt que généraliste pour vous assurer qu’il a bien de l’expérience dans des affaires similaires à votre cas. Il sera également mieux de prendre un avocat qui est domicilié près de l’endroit où le litige doit être traité pour faciliter ainsi les actes de procédures. Vous pourrez mener une recherche en vous reposant sur le bouche à oreille ou consulter la liste des avocats professionnels au près du barreau le plus proche de chez vous. Après cela, lors du premier contact, évaluez-le avec sévérité. Assurez-vous qu’il soit sensible à votre affaire, motivé à la traiter et à l’écoute de vos moindres détails notamment en cas de problème lié au droit familial. Il doit pouvoir s’exprimer d’une manière très compréhensive, technique mais claire et  explicite; il devra également avoir des honoraires abordables dont la valeur n’ajoute pas de la gravité à votre situation.

Les recours à un autre avocat

Il arrive fréquemment pour des raisons particulières,  en cas de rupture de collaboration entre un client et son avocat. Le client doit alors pour prévenir toute exacerbation de la situation, rapporter l’affaire au bâtonnier responsable de la juridiction de laquelle dépend l’avocat concerné. Cela facilitera les procédures comme la récupération de votre dossier favorisant ainsi une rapide transition vers un autre avocat pour votre affaire.

Comment divorcer sans avocat ?

Depuis l’entrée en vigueur le 1er janvier 2005 de la loi de 2004, il y a eu des changements importants dans les procédures de divorce. En effet, il est maintenant possible que les deux signataires du mariage accèdent au divorce sans recourir à un avocat. Toutefois, ce cas ne s’applique que pour un divorce par consentement mutuel. Voyons quelle procédure deux époux, souhaitant divorcer à l’amiable, doivent suivre afin de concrétiser leur attente.

Comment faire ?

Les époux souhaitant divorcer sans avocat doivent définir ensemble les modalités de leur séparation et planifier la gestion des biens, des finances et tout ce qui se rapporte à la garde des enfants, s’ils en ont. Une fois toutes les modalités établies, ils doivent rédiger une convention de séparation, reprenant ces dites modalités, qu’ils présenteront aux juges des affaires familiales, accompagnée de leur demande officielle de divorce. Signalons qu’il est souhaitable de se faire assister par un avocat, pour une orientation juridique, pendant la rédaction de la convention de séparation.

Ayant défini de façon synoptique la modalité pour parvenir à un divorce sans avocat, nous pouvons toutefois détailler cette procédure afin de mieux appréhender les étapes nécessaires et les obligations de chacun des époux. Il arrive très souvent que les époux soient obligés de prendre des congés de travail pour suivre la procédure de divorce sereinement.

Tout d’abord un consentement mutuel

Pour qu’un tel divorce soit accordé, les deux partenaires doivent trouver un terrain d’entente et être entièrement d’accord. Ils doivent décider des détails de la procédure et de tout ce qui ce sera lié au partage des biens, des charges et de la garde des enfants

Remplir les documents nécessaires

Une fois tomber d’accord, se rapprocher du greffier afin d’entrer en possession de tous les formulaires en vigueur pour une procédure de divorce, les remplir et s’acquitter des frais qui peuvent intervenir pour leur validation.

Être présent au tribunal

Au final, chacun des partenaires se doit d’être informer de la date de l’audience et être présent le jour venu. La procédure de divorce pouvant se prolonger, il est obligatoire de toujours s’informer sur son avancée et de respecter toutes les recommandations du tribunal jusqu’à la finalisation du divorce.